9 juin 2017

Laissons nous surprendre...




Arrivons-nous encore à être surpris par la vie ? Des petits riens du quotidien aux sourires extraordinaires d'une personne que nous arrivons à rendre heureuse ?

Sommes-nous encore disponibles pour voir les bourgeons des arbres, devant lesquels nous passons chaque jour, s'ouvrir et déployer leurs feuilles tendres ? Apprécier les efforts du voisin s’entraînant à la flûte traversière ? Sourire quand nos enfants s'entraident pour sauter assez haut pour toucher les feuilles des arbres qui pendent sur la route de l'école ?

Rien n'est moins sûr...



L'autre soir, déambulant sur le net à la recherche d'un cadeau en retard pour ma maman, je suis tombée sur un site qui réalise des articles à propos des formules box. Les rédacteurs répertorient, testent, et donnent leur avis sur le contenu de ces pochettes surprises pour grands (et moins grands). Ce site est très utile pour faire un choix et les rédacteurs sont très méticuleux. Ce qui m'a rebuté, c'est l'obligation dans ces formules de s'abonner au moins sur 3 mois et non le site en lui-même très utile.


Ce site m'a surtout fait prendre conscience combien ces formules de pochettes surprises avaient proliféré. Je ne m'en étais pas rendue compte. Et bien que le concept soit sympathique, j'ai tout de même une question à poser : sommes-nous si blasés par notre quotidien au point d'avoir permis à ce business plan de voir le jour ?


Pourquoi laisser des inconnus choisir nos surprises ou celles de nos proches ? Ne sommes-nous plus capable de nous offrir un peu d'étonnement au quotidien ?




Je n'ai pas vraiment de réponse. J'imagine que grâce à nos vies très connectées, nous avons accès à tout et plus rien ne nous fait vibrer... Mais il ne peut y avoir que ça. 
Dans un article du hors-série n°4 du magazine Psychologie Positive, un homme témoigne pour dire qu'il est resté dans cet émerveillement quasi permanent que nous avons tous quand nous sommes enfants. Il pense que l'école en grande partie nous formate trop. Un début de piste ? Certains de mes jeunes collègues assurent ne pas supporter leurs périodes de chômage, ne trouvant rien à faire de positif, alors qu'il n'a jamais été aussi facile de se divertir, d'apprendre, de s'ouvrir au monde, de participer à des projets concrets. Comme si le travail rémunéré était le seul moyen de s'accomplir, alors qu'assez souvent il est l’annihilation de notre propre créativité et de notre individualité...

Bref, l'émerveillement nous quitte de plus en plus.

Et je vais essayer de changer ça, déjà, chez moi. 


Ma grande fille me fait des dessins pendant l'heure d'étude le soir, et moi, je ne lui en fais jamais ! Je vais lui faire, moi aussi, des dessins, quand je serai au bureau, pour lui montrer que je pense à elle.



Difficile de se retrouver avec mon mari quand on a deux enfants en bas age, et le soir la fatigue nous empêche d'échanger ! Je lui glisserai un mot doux dans son tiroir à chaussettes, ou autour de sa brosse à dent. 


Ma toute petite est encore dans l'émerveillement permanent, la découverte et la curiosité. Pour elle, tout est surprise, tout est nourrissant ! Mais on jouera plus souvent à cache-cache. 



Pour moi, juste plonger mon visage dans la boule de rosiers près de l'entrée, la respirer plusieurs secondes...


Et un petit cadeau de temps en temps ? Ce sera sans abonnement pour moi ...

Malgré tout, si vous manquez de temps et d'inspiration, ce site pourrait bien vous sauver  : http://touteslesbox.fr/

Ac'



S'inscrire à la newsletter :

Nous suivre :
 Hellocoton Flux RSS



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire